Coaching,  Coaching de vie,  Coaching Professionnel,  Conduite de changement,  Multiculturel

L’importance de parler une langue étrangère

Parler une langue étrangère, c’est s’ouvrir à d’autres possibilités. Multiplier ses chances de trouver un travail, d’élargir son réseau et d’ouvrir de nouvelles portes à sa destinée.

Cet article participe à l’évènement inter-blogueurs “de l’importance de parler une ou plusieurs langues étrangères ?” organisé par Machiko et Laurent du Blog : apprendrelejaponais-decouvrirlejapon. Je vous invite à leur rendre visite et découvrir un univers interculturel passionnant.

Parler une langue étrangère à sa langue maternelle

Cela vous permet d’explorer de nouveaux points de vue. Les expressions propres à la langue, les constructions de phrase vont faire bouger vos critères de normalité. En effet, c’est très perturbant de s’exprimer d’une autre manière que sa langue maternelle, mais c’est une super gymnastique d’esprit.

Vous allez développer une flexibilité cognitive qui va vous être utile au quotidien. Une étude à démontré qu’un enfant ayant appris 2 langues en simultané, développerait une capacité d’adaptation plus importante. Il serait plus à même de faire face aux imprévus selon une étude du Journal of Neuroscience.

Les enfants bilingues auraient un développement sociocognitif et socio affectif précoce selon cette étude d’octobre 2016. Ils seraient également plus doués pour les tâches créatives et analytiques. Offrir la possibilité à vos enfants d’apprendre une langue tôt dans leur éducation est un beau cadeau que vous leur offrez. Ils vont pouvoir décrypter les différences de langages avec aisance, ce qui est moins évident lorsque l’on atteint l’âge adulte.

Si vous parlez anglais et que votre langue maternelle est le français, vous avez certainement dû expérimenter cela lors de l’apprentissage de la langue: traduire mot à mot du français en anglais en vous basant sur la construction de phrase de votre langue maternelle, votre seul repère.

Ainsi, il est naturel pour vous de dire « j’ai 35 ans » en français et même avec un bon niveau d’anglais, vous avez du tomber dans le piège de construire votre phrase ainsi « I have 35 years old » au lieu de dire « I am 35 years old ». Car cela n’est pas naturel pour vous de dire « je suis 35 ans ».

Si vous parlez allemand c’est une autre gymnastique d’esprit à adopter en mettant le verbe à la fin de la phrase. Si vous parlez d’autres langues, le russe, le mandarin ou autre vous devez avoir expérimenté beaucoup d’autres particularités de langages.

Faites-les nous savoir en commentaire: donnez-nous un exemple de ce qui vous a paru très bizarre lors de l’apprentissage d’une langue étrangère ?

Parler une langue étrangère et voir le monde autrement, en plus grand!

En parlant une autre langue, vous ouvrez d’autres portes et accédez à des chemins encore non parcourus. C’est doubler ses chances de rencontrer des personnes passionnantes, de se faire de nouveaux amis et multiplier les opportunités professionnelles.

Vous allez découvrir le monde d’une autre manière, avec d’autres personnes qui ont une culture, des principes différents des vôtres et de toutes les personnes que vous avez côtoyées auparavant. C’est une expérience très enrichissante.

Vous allez vous découvrir en parlant autrement. Vous allez être perçus différemment des autres et cela va vous aider à vous construire et vous sortir des schémas répétitifs qui vous bloquent ou vous font stagner dans votre vie.

Parler une langue étrangère et ouvrir ses propres frontières et lever les barrières!

A l’issu de mes études, je suis arrivée en Angleterre en janvier 2003 avec le programme ERASMUS, qui s’appelait « le projet léonardo » destiné aux apprentis des métiers de l’artisanat. Une fois installée dans mon nouveau logement en colocation, j’ai découvert à la télévision la série « Bewitched » la version originale de “Ma sorcière bien-aimée”. Je regardais ces épisodes quand j’étais petite, j’aimais beaucoup. Et de la découvrir en version originale en tout début de séjour, cela m’a beaucoup aidé à perfectionner mon anglais. C’est une série télévisée américaine des années 60, les acteurs parlent clairement, avec un débit de parole moyen donc facile à comprendre.

Comprendre la culture de ses interlocuteurs

J’ai aussi découvert des séries anglaises très drôles comme « allo, allo » dont l’histoire est basée sur la résistance intérieure belge dans une parodie de la « Secret Army ». Le fait que le « h » manque devant « hallo » est un clin d’œil aux francophones qui oublient d’aspirer les « h » en parlant anglais.

J’adooooore l’humour anglais!

C’est totalement loufoque mais cela m’a aidé à cerner la culture et comprendre le comportement des clientes que je recevais en soin, de mes collègues et des gens avec qui je vivais. J’ai appris de leur point de vue, comment ils me voyaient, « la petite française » et tous les stéréotypes qui m’accompagnaient.

Je prenais également vraiment plaisir à découvrir tous les James Bond en version originale, un vrai bonheur !

Comprendre les codes de communication

Avant d’arriver en Angleterre, je ne regardais pas beaucoup de séries ou de films étrangers. La plupart de mes amis en France regardaient la série « friends » en français et trouvaient ça drôle. Je n’avais pas du tout accroché. Ne serait-ce que les voix des acteurs en français me dérangeaient, notamment pour le pauvre Ross.  

C’est lorsque j’ai commencé à regarder en version originale, une fois installée en Angleterre que j’ai apprécié ce sitcom. Certainement parce que je m’étais acclimatée à la vie anglo-saxonne. Mon oreille s’était faite aux intonations, au rythme de la langue malgré le fait que j’étais en Angleterre et non aux États-Unis, l’accent y est très différent et d’un point de vue culturel également ! Néanmoins, je réussissais à mieux comprendre les expressions anglo-saxonnes et l’humour en général.

Avec le temps, je me suis découvert être bien plus à l’aise en communication en parlant anglais avec mon accent bien français, qu’en parlant ma langue maternel dans mon propre pays! Probablement du fait d’un vocabulaire moins riche, je parle d’une manière plus directe qu’en français.

Je le réalisais au contact de personnes anglo-saxonnes ou des personnes étrangères parlant comme moi l’anglais. Je suis devenue tellement à l’aise en anglais que j’ai commencé à apprendre l’espagnol à partir de l’anglais lors de mon séjour en Angleterre.

Parler une langue étrangère et ouvrir son esprit

En cassant les codes de langage, de conduite et en faisant bouger vos repères, votre esprit s’ouvre aux différences. Vous allez être en mesure de les accueillir plus facilement, d’être moins dans le jugement face à un interlocuteur. Être dans l’accueil facilite votre vie et fluidifie vos échanges avec autrui.

J’ai réalisé être parfois plus stressée à travailler en France, dans mon propre pays en parlant ma langue maternelle qu’à l’étranger ! C’est dingue mais c’est malheureusement ce qui arrive quand on a l’habitude de travailler à l’export au contact de personnes étrangères.

C’est une croyance limitante qui nous fait croire que le seuil de tolérance de nos interlocuteurs est moins élevé dans un contexte culturel « simple ». Que les attitudes sortant du contexte « normal » et les éventuelles erreurs seront moins tolérées que dans un contexte interculturel.

Il est possible de travailler sur cette croyance limitante afin de ne pas tomber dans le piège de l’auto-sabotage. Avec un suivi en coaching personnalisé. Pour en savoir plus c’est par ici.

CONCLUSION

Parler une autre langue ne peut que vous apporter du positif dans votre vie. L’apprentissage peut se faire d’une manière ludique. En apprenant avec des applications mobiles, en conversant avec des étrangers sur le net. Ou en écoutant la radio, des chansons, en regardant des séries.

C’est un apprentissage qui demande du temps mais votre cerveau ne demande que cela. De la stimulation pour développer toutes ses capacités.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous êtes libre de recevoir votre carnet d'auto-coaching 

%d blogueurs aiment cette page :