Peur de prendre des risques

Si la simple idée de prendre des risques procure en vous une anxiété paralysante, ces 3 étapes vous seront essentielles pour vous mettre en chemin.

En effet, sortir de sa zone de confort nous rend vulnérables et nous fait douter de tout. Du fait d’une perte de repères, nous ne savons plus si nous avons fait le bon choix, si nous avons bien pensé à tout et il est alors plus simple d’abandonner le projet et de pas prendre de risques.

C’est tout à fait normal. Un processus de changement prend du temps.

Pourquoi avons-nous peur de prendre des risques?

La peur est une des émotions primaires de l’être humain (la joie, le dégout, la tristesse, la colère, la surprise). Elles sont notre langage du corps, une langue qui se parle dans le monde entier mais qui ne s’exprime pas de la même manière en fonction de notre culture.

Toutes ces émotions ont permis aux hommes, depuis leur existence de vivre et surtout de survivre!

En effet, la peur permet de nous protéger des dangers en nous faisant fuir. Cela explique notre difficulté à passer à l’action. Aussi, la peur nous permet d’avoir une montée d’adrénaline qui stimule notre cerveau et nous aide à appuyer sur la pédale d’accélérateur. Ainsi, avec une petite dose de stress, nous pouvons développer de nouvelles idées pertinentes que nous n’aurions pas pu avoir en période calme. C’est pourquoi, au dernier moment, il nous arrive de nous souvenir d’un élément important à faire.

Une réaction automatique

Les réactions aux émotions sont comme des réflexes car notre corps détecte nos émotions bien avant que nous en ayons conscience.

C’est pourquoi, il est important d’être à l’écoute de son corps. Ses réactions nous donnent des indices sur l’impact de nos émotions. Il nous donne des informations sur des points à éclaircir et à prendre en compte pour accomplir des choses dans notre quotidien.

Mais attention, la peur est surtout une perception erronée de la réalité. En effet, nous réagissons par la peur de la reproduction d’une expérience passée qui nous fait imaginer une situation future. C’est aussi une extrapolation de nos pensées de ce qui peut se produire de pire lorsque nous sommes face à l’inconnu.

Pour apaiser le mental il est recommandé de pratiquer une activité physique, ce qui nous permet de respirer à plein poumons et donner plus d’oxygène à notre cerveau tout en stimulant la circulation sanguine et ainsi évacuer les toxines et pensées stressantes.

Peur de prendre des risques

Ecouter les messages de son corps

Des moments de repos, comme de la méditation, marcher, se faire masser, prévoir un temps de pause dans sa journée permet de faire redescendre la pression. Ce qui permet à notre cerveau d’accueillir l’information et de la traiter.

Car, quand la peur s’installe, notre cerveau déclenche une alerte qui peut être à son maximum si les premiers messages de peur ne sont pas traités et compris. La peur peut devenir une phobie, nous faire avoir des attaques de panique et paralyser nos projets.

Comment prendre des risques dans les meilleurs conditions?

Qu’est-ce que la prise de risques?

La prise de risque est une décision volontaire d’accomplir quelque chose d’incertain en étant prêt à en assumer les conséquences, qu’elles soient positives comme négatives.

Ne laissez pas vos peurs tuer vos rêves!

Celui qui prend un risque perd pied pour un instant, celui qui ne prend pas de risques perd sa vie.

~ Kierkegaard

Voici les 3 étapes que je recommande de suivre en parallèle d’un accompagnement adapté à votre problématique.

1.Comprendre d’où vient la peur de prendre des risques

Comme mentionné votre corps vous donne des messages sur ce qui est essentiel pour vous. Si vous ressentez de la peur, vous avez peur de quelque chose ou de perdre quelque chose.

Voici les 2 questions à se poser:

Quelles sont mes valeurs essentielles ?

Qu’ai-je peur de perdre?

Et si je perds ceci, quoi d’autre est possible?

2.Visualiser un scénario positif

Vous ne pouvez pas anticiper toutes les situations. Tout est mouvement et changement, les problèmes que vous imaginez aujourd’hui seront différents demain. Ne vous épuisez pas à essayer de trouver des solutions aux problèmes qui n’existent pas encore!

Visualisez plutôt la meilleure version de votre projet pour donner des stimuli positifs à votre cerveau. Il sera alors votre meilleur allier pour saisir la moindre chance de créer ce que vous souhaitez.

3.Découper le gros risque en plusieurs petits

Si vous avez la sensation d’être au pied d’une grande montagne insurmontable, ne restez pas devant trop longtemps sans passer à l’action. La peur risque de vous tétaniser. Si vous découpez le gros projet en plusieurs petits projets, il vous sera plus facile de vous mettre en action.

CONCLUSION

Si vous ressentez de la peur, c’est que vous êtes sur le point de faire quelque chose de nouveau, de grand et d’important pour vous. C’est bon signe! Pour ne plus subir les conséquences de la peur, il est important de changer de point de vue sur cette émotion à laquelle votre corps réagit naturellement.

Partager l'article

Vous pourriez aussi aimer...

4 commentaire

  1. J’adore ton 3eme point: y aller par de plus petites bouchées.
    Dans beaucoup de meeting que j’anime, je pousse les gens a se doter d’une vision puis de reflechir a la premiere plus petite marche ou action a mettre en place pour commencer a avancer dans cette vision.

    Merci!

    1. Merci Patrick pour ton commentaire, le premier petit pas est le plus difficile mais il met en confiance!

  2. Comprendre d’où vient la peur est effectivement la principale clé pour se libérer et sortir de sa zone de confort.
    Un peu de stress positif ne fait pas de mal dans ces circonstances 🙂
    Merci beaucoup pour votre article !

    1. Bonjour Honoré, merci pour votre visite sur le site. Oui un petit peu d’adrénaline pour passer à l’action c’est ce que peut générer du stress positif!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :